Mortalité sélective en fonction de la taille des perchaudes du lac Saint-Pierre au cours de leur premier hiver

Résumé de la recherche

Un moratoire sur la pêche commerciale et sportive de la perchaude (Perca flavescens) a été instauré au lac Saint-Pierre en 2012 et reconduit depuis. Malgré cette mesure, l’abondance des perchaudes reproductrices demeure faible et l’abondance des perchaudes de 1 et 2 ans est moindre qu’au début des années 2000.

À l’opposé, les jeunes perchaudes de l’année ne montrent aucun déclin d’abondance, mais plutôt une diminution de leur croissance. Ce constat suggère qu’une forte mortalité hivernale des perchaudes de l’année pourrait expliquer la faible abondance des perchaudes d’un an.

L’objectif principal de ce projet est de tester l’hypothèse de la mortalité sélective en fonction de la taille des perchaudes de l’année à leur premier hiver, à partir des poissons des cohortes de 2020 et 2021.  Les objectifs spécifiques sont :

  1. Comparer les trajectoires de croissance récentes des perchaudes avec les trajectoires de croissance historiques (au moins 10 ans de données),
  2. Vérifier si le cormoran à aigrettes (Nannopterum auritum), un prédateur, sélectionne les perchaudes de l’année consommées en fonction de la taille et ;
  3. Définir la taille correspondant au seuil de survie des perchaudes de l’année à leur premier hiver.

Ce projet est mené en collaboration avec Émilie Paquin et Philippe Brodeur du Ministère de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs.

Imanol Boussion
Imanol Boussion

Candidat à la maîtrise en ressources renouvelables à l’Université du Québec à Chicoutimi

Olivier Morissette

Professeur au département des sciences fondamentales de l’Université du Québec à Chicoutimi

Cotitulaire de la Chaire de recherche sur les espèces aquatiques exploitées